Quoi de plus simple que cette conversation amoureuse très terre à terre puisqu’ axée sur les bœufs, les poules et les œufs ! Comme on le voit, ce gars du pays baralbin part sur les routes retrouver sa Nonette, revêtu de ses plus beaux affutiaux. Il est vrai que ses habits manquant de manches devaient avoir piètre allure, mais l’amour ne se commande pas.
Cette chanson originale par son patois, semble assez localisée. Ce petit morceau a sûrement souffert de la tradition orale et nous a été transmis mutilé. Il n’en demeure pas moins dans son état actuel, sympathique et caractéristique.
(Relevé par Jeune Champagne)
 
1) Quand j’allos voir ma Nonette                                 2) J’avios itou eun belle cheminche                  
Dret comme eun  geais (bis)                                        Qu’avios point d’minches (bis)
Je m’drechios darré lou potieu                                    On m’eurniotios pa  los chemins
Aveu lou balai,  saqueur Die morgeux,                         Pour eun’ galérien, saqueur Die morgeux,
Jm’drechios darré lou potieu                                        On m’eurniotiots pa los chemins
Aveu lou balais.                                                            Pour eun’  galérien.
 
3) J’avois itou eun belle queurvatte                             4) J’avios itou eune belle cueulotte
En fait quenevas. (bis)                                                 Qu’avios point d’fond. (bis)
Qu’j’abotenos pa dEzou ma goule                               Lou bavarouaise étot d’fer blanc
Aveu eun cadenas, saqueur Die morgeux,                   Com dou brai argent, saqueur Die morgeux,
Qu’j’abotenos pa dEzou ma goule                               Lou bavarouaise étot d’fer blanc      
Aveu eun cadenas.                                                       Com dou brai argent.
 
5) J’avios itou eun biau habit                                       6) Javios itou eun biau chapiau
Coudu d’fil  bianc. (bis)                                                En piau d’pourchio. (bis)
On m’peurniotios pa lo champs                                   Que j’peignos soir et matin
Pou eun’ persident, saqueur Die morgeux,                  Avec eun ratio, saqueur Die                            
On m’peurniotios pa lo champs                                  Que j’peignos soir et matin
Pou eun persident.                                                       Avec eun ratio.
 
7) Quand j’allos voir ma Nonette
J’parlins d’nos bœufs. (bis)
Et j’disins que j’avins dos poules
Qui pondint dos œufs, saqueur Die morgeux,
Et j’disins que j’avins dos poules
Qui pondint dos œufs.
 
 
 
               
Cette chanson recueillie par L. Lallement semble remonter au XVIIIeme  siècle. Elle fut très populaire en Argonne, on l’y chantait encore au temps des crinolines. Elle raconte l’histoire de Margot, toute juste rosière et de son prétendant Colin plus pressé d’amour que des convenances de l’époque.
La mélodie était répandue dans notre région. Elle sert également de musique à une danse corporative relevée par Jeune Champagne: La danse des Jardiniers de Saint André les Vergers (10)
 
 
1) Margot que Monsieur l’Maire,                   2) A cheval sur son âne,                   3) Quand, par hasard, sans doute,
V’nait d’proclamer rosière,                             Qu’elle guidait d’un air crâne,         Elle rencontre en route,                 
S’en allait un matin,                                         Et qui la m’nait bon train,                Au détour du chemin,
Dans l’petit bois,                                              Dans l’petit bois,                              Dans l’petit bois,
S’en allait un matin,                                         Et qui la m’nait bon train,                Au détour du chemin,
Dans l’petit bois voisin.                                  Dans l’petit bois voisin.                   Dans l’petit bois voisin.
 
4) Colin qui sans mystère,                              5) Non fit-elle je tremble,                6) Comm’ la  semain’ dernière,
Lui dit : « mets pied à terre »,                        Qu’on nous rencontre ensemble    J’fus proclamée rosière,
Pour bagu’nauder un brin,                             Au milieu du chemin,                       Je n’veux pas l’être en vain,
Dans l’petit bois,                                              Dans l’petit bois,                               Dans l’petit bois,
Pour bagu’nauder un brin,                             Au milieu du chemin,                        Je n’veux pas l’être en vain,
Dans l’petit bois voisin.                                  Dans l’petit bois voisin.                    Dans l’petit bois voisin.   
 
7) Ma renommée acquise,                              8) Dans ce péril extrême,                9) Un bouquet d’violettes,
En serait compromise,                                    Pour lui prouver qu’il l’aime,         Si bien que l’on répète,
Si j’embrassais Colin,                                      L’gaillard lui fit soudain,                Qu’elle épousa Colin,
Dans l’petit bois,                                              Dans l’petit bois,                             Dans l’petit bois,
Si j’embrassais Colin,                                      L’gaillard lui fit soudain,                Qu’elle épousa Colin,
Dans l’petit bois voisin.                                  Dans l’petit bois voisin.                  Dans l’petit bois voisin.


 
Contrairement à l’opinion courante, le chant folklorique ou populaire n’est pas toujours une création authentiquement régionale. En fait, il y a plusieurs sources : Origine bourgeoise (bateleurs), origines populaires ou religieuses.
 
 
Origine Bourgeoise : La chanson passait de châteaux en châteaux  grâce aux troubadours et aux bateleurs, en chantant ces mélodies populaires la noblesse l’adoptait parfois.  C’est à ce moment que la chanson pouvait changer de classe sociale, un Thibault de champagne ou un trouvère quelconque pouvait la « restaurer » et lui donner une jeunesse nouvelle. Elle circulera de châteaux en gentilhommière jusqu’à être de nouveau adoptée par les classes populaires qui souvent imitent les couches aisées. « La chanson populaire sort de la cuisine »
Il existe ainsi des mélodies adoptées au cours des siècles successivement par les milieux bourgeois et populaires.  Ainsi sans doute en est-il de la chanson des « Trois petits enfants » ou « La légende de St Nicolas » restaurée aux 12e, 16e et 17e siècles.
 
Les bateleurs : On ignore généralement que les bateleurs du Pont-Neuf de Paris sont souvent à l’origine des refrains populaires. Procédant un peu comme les chansonniers des années soixante, ils lançaient des chansons qui par la suite faisaient fortune. Imprimées et vendues par les colporteurs, elles se répandaient de provinces en provinces.
 
Origines populaires : Il y a peu de paroisses qui n’aient possédé dans le passé un curé, un notaire, voire un poète, capable de composer une chanson. C’est ainsi que naquirent d’autres textes populaires, adoptés par le village ils suivaient leur destinée et évoluaient à leur tour, avec les années.

 
Evolution vers la chanson folklorique :
Chaque région, chaque village, adoptait selon ses traditions une chanson ou une autre.  Qu’une région ait adopté telle ou telle chanson correspondait donc bien a une identité. Pour revêtir un caractère folklorique la chanson sera modifiée de façon inconsciente par la collectivité et sera transformée suivant ses goûts, sa manière de vivre, ses personnalités locales ou son passé.
Une des raisons principale de ces transformations provient du fait que la plupart du temps ces chansons étaient vendues par les colporteurs, sans la musique. (Peu de gens du peuple savaient de toute façon la lire).  Or la chanson achetée, il fallait bien la chanter et la mémoire n’y suffisait pas toujours. On ne s’embarrassait pas à l’époque de scrupules et l’on n’hésitait pas, soit à adapter les paroles à une autre mélodie, soit à regrouper plusieurs chansons. Les paroles et musiques pouvaient ainsi évoluer jusqu’à n’être plus vraiment reconnaissables des originales !
Du fait des communications et des échanges la chanson folklorique était en perpétuel mouvement. Les soldats par exemples pouvaient exporter ou importer telle ou telle musique des pays qu’ils traversaient. Pour mériter l’appellation folklorique actuelle, ces œuvres devaient recevoir l’empreinte de la région ou elle étaient implantées. Le génie populaire a ainsi permis d’adapter nombre de chansons de quelque origine qu’elles soient en les rendant conforme à ses goûts et à son esthétique propre.
De telles précisions nous permettent de mieux comprendre ce que la chanson champenoise peut avoir de particulier et d’original.
 
Un bon exemple d’évolution du chant folklorique : Le petit bonhomme d’Essoyes, (relevé par Jeune Champagne auprès de l’Abbé Durand), curé de Villy en Trodes (10).
 
Cette chanson, retrouvée également dans la collection de M. A Lemoine, était chantée à Essoyes. Elle est intéressante car elle semble être la jonction de deux autres chansons folkloriques françaises. : Petit Jean, revenant de Lille (nord) et le bonhomme bûcheron (Poitou-Vendée). Elle se chanterait d’ailleurs beaucoup plus facilement sur l’air de cette dernière et il peut être intéressant de comparer leur contexture. Ces trois chansons mises côte à côte présentent des points communs assez curieux (voir comparatif ci dessous).
En effet, si la chanson du Nord et celle du Poitou sont assez différentes, la version champenoise qu’on découvre dans les deux assure facilement la parenté. Au premier abord le Petit Jean d’Essoyes semble le frère du Petit Jean de Lille, mais en y regardant bien, il ne peut être que ce qu’il est, que  par rapport à son cousin le Bonhomme Bûcheron.
Si on observe mieux les couplets 3-4-5 et 6 de la chanson champenoise, on constate qu’il se rapprochent par leur esprit et leur forme des couplet 4-5 et 6 de la chanson poitevine. Le ressemblance avec la chanson lilloise dont les couplets 3-4-5-6 et 7 ressemble à notre version champenoise s’établit avec nos couplets 7-8-9-10 et 11. Cette présence de deux thèmes dans une même chanson nous donne une Petit Jean ayant un tout autre caractère.
Le Petit Jean du Nord ne dramatise pas la situation ; le Bûcheron Vendéen, applique dans son infortune une méthode que je ne saurais totalement désapprouver, mais notre brave champenois semble un peu se consoler aisément de ses déboires à l’aide d’un bon repas.
 
Comparatif des textes des versions du Nord, du Poitou et de Champagne du petit bonhomme
 
 Version d’Essoyes (10)                     Version poitevine                              Version lilloise
 
1) Le p’tit Jean prends sa serpette     1) Ol’ l’tait un p’tit bonhomme          1) Petit Jean revenant de Lille,
Tra la la , tra deri dera,                       Hum, hum,tra le derida,                     Cococo se dit ra la la,
Le p’tit Jean prends sa serpette,        Ol’ l’tait un p’tit bonhomme,              Petit Jean revenant de Lille,
Et s’en va couper du bois,                 Qu’allait serpiller au bois,                 Tout chargé de rémola,
Et s’en va couper du bois.                 Qu’allait serpiller au bois.                 Tout chargé de rémola.
 
2) Laissa sa femme couchée,               2) Disait à sa p’tite bonne femme,      2) Sa femme lui prépara sa soupe,
Tu t’lèvras quand tu voudras.               L’déjeuné tu m’apport’ras.                  Et un gros morceau de lard.
 
3) Et quand tu sera levée,                   3) Ol’ tait ben , neuf ou dix heures,   3) Pendant qu’elle préparait sa soupe,
L’déjeuné tu m’apport’ras.                   L’déjeuner n’arrivait pas.                  Le chat lui a pris son lard.
 
4) Voilà dix heures sonnées,               4) Ol’ tait ben midi sonné,                  4) Dois-je donner la trique à ma femme,
Mon déjeuner ne vient pas.                L’déjeuné n’arrivait pas.                      A  ma femme ou à mon chat ?
 
5) Le p’tit Jean prends sa serpette,    5) Ramassa sa p’tite serpette,             5) Si je donne la trique à ma chatte,
Au logis s’en retourna.                        A la maison il s’en va.                         Elle me grafignera.
 
6) Trouva sa femme couchée,             6) Il trouva sa femme assise,               6) Si je donne la trique à ma femme,
Le bailli entre ses bras.                      Sur les genoux d’un avocat.                Elle se revenchera.
 
7) Tiens, P’tit Jean voilà ta soupe,     7) Il fessit sa p’tite bonne femme,      7) Bon, bon, bon, je vais laisser faire,
Et ton p’tit morceau de lard.               Et tantôt sur l’avocat.                           C’est bien mieux comme cela.
 
8) Pendant qu’il mangeait sa soupe,  8) Voilà comment font les femmes,
La chatte emporta le lard.                   Quand leurs maris n’y sont pas.
 
9) Si je vais battre ma chatte,             9) Elles lichont toute la crème
Peut-être qu’elle me griffera.              Et disons que c’est le chat.
 
10) Si je vas battre ma femme,
Le bailli la défendra.
 
11) Il vaut mieux les laisser faire,
Que d’ m’exposer à cela.

 

Articles sur la musiques et les chants de Champagne.