Cette chanson recueillie par L. Lallement semble remonter au XVIIIeme  siècle. Elle fut très populaire en Argonne, on l’y chantait encore au temps des crinolines. Elle raconte l’histoire de Margot, toute juste rosière et de son prétendant Colin plus pressé d’amour que des convenances de l’époque.
La mélodie était répandue dans notre région. Elle sert également de musique à une danse corporative relevée par Jeune Champagne: La danse des Jardiniers de Saint André les Vergers (10)
 
 
1) Margot que Monsieur l’Maire,                   2) A cheval sur son âne,                   3) Quand, par hasard, sans doute,
V’nait d’proclamer rosière,                             Qu’elle guidait d’un air crâne,         Elle rencontre en route,                 
S’en allait un matin,                                         Et qui la m’nait bon train,                Au détour du chemin,
Dans l’petit bois,                                              Dans l’petit bois,                              Dans l’petit bois,
S’en allait un matin,                                         Et qui la m’nait bon train,                Au détour du chemin,
Dans l’petit bois voisin.                                  Dans l’petit bois voisin.                   Dans l’petit bois voisin.
 
4) Colin qui sans mystère,                              5) Non fit-elle je tremble,                6) Comm’ la  semain’ dernière,
Lui dit : « mets pied à terre »,                        Qu’on nous rencontre ensemble    J’fus proclamée rosière,
Pour bagu’nauder un brin,                             Au milieu du chemin,                       Je n’veux pas l’être en vain,
Dans l’petit bois,                                              Dans l’petit bois,                               Dans l’petit bois,
Pour bagu’nauder un brin,                             Au milieu du chemin,                        Je n’veux pas l’être en vain,
Dans l’petit bois voisin.                                  Dans l’petit bois voisin.                    Dans l’petit bois voisin.   
 
7) Ma renommée acquise,                              8) Dans ce péril extrême,                9) Un bouquet d’violettes,
En serait compromise,                                    Pour lui prouver qu’il l’aime,         Si bien que l’on répète,
Si j’embrassais Colin,                                      L’gaillard lui fit soudain,                Qu’elle épousa Colin,
Dans l’petit bois,                                              Dans l’petit bois,                             Dans l’petit bois,
Si j’embrassais Colin,                                      L’gaillard lui fit soudain,                Qu’elle épousa Colin,
Dans l’petit bois voisin.                                  Dans l’petit bois voisin.                  Dans l’petit bois voisin.