Quoi de plus simple que cette conversation amoureuse très terre à terre puisqu’ axée sur les bœufs, les poules et les œufs ! Comme on le voit, ce gars du pays baralbin part sur les routes retrouver sa Nonette, revêtu de ses plus beaux affutiaux. Il est vrai que ses habits manquant de manches devaient avoir piètre allure, mais l’amour ne se commande pas.
Cette chanson originale par son patois, semble assez localisée. Ce petit morceau a sûrement souffert de la tradition orale et nous a été transmis mutilé. Il n’en demeure pas moins dans son état actuel, sympathique et caractéristique.
(Relevé par Jeune Champagne)
 
1) Quand j’allos voir ma Nonette                                 2) J’avios itou eun belle cheminche                  
Dret comme eun  geais (bis)                                        Qu’avios point d’minches (bis)
Je m’drechios darré lou potieu                                    On m’eurniotios pa  los chemins
Aveu lou balai,  saqueur Die morgeux,                         Pour eun’ galérien, saqueur Die morgeux,
Jm’drechios darré lou potieu                                        On m’eurniotiots pa los chemins
Aveu lou balais.                                                            Pour eun’  galérien.
 
3) J’avois itou eun belle queurvatte                             4) J’avios itou eune belle cueulotte
En fait quenevas. (bis)                                                 Qu’avios point d’fond. (bis)
Qu’j’abotenos pa dEzou ma goule                               Lou bavarouaise étot d’fer blanc
Aveu eun cadenas, saqueur Die morgeux,                   Com dou brai argent, saqueur Die morgeux,
Qu’j’abotenos pa dEzou ma goule                               Lou bavarouaise étot d’fer blanc      
Aveu eun cadenas.                                                       Com dou brai argent.
 
5) J’avios itou eun biau habit                                       6) Javios itou eun biau chapiau
Coudu d’fil  bianc. (bis)                                                En piau d’pourchio. (bis)
On m’peurniotios pa lo champs                                   Que j’peignos soir et matin
Pou eun’ persident, saqueur Die morgeux,                  Avec eun ratio, saqueur Die                            
On m’peurniotios pa lo champs                                  Que j’peignos soir et matin
Pou eun persident.                                                       Avec eun ratio.
 
7) Quand j’allos voir ma Nonette
J’parlins d’nos bœufs. (bis)
Et j’disins que j’avins dos poules
Qui pondint dos œufs, saqueur Die morgeux,
Et j’disins que j’avins dos poules
Qui pondint dos œufs.